dimanche 18 novembre 2007

Thanksgiving


Dans deux jours, c'est "Thanksgiving Break". Beaucoup d'élèves rentrent dans leur famille, en Virginie, en Pennsylvanie ou dans le Connecticut. Certains traversent le pays pour rentrer en Californie ou dans l'Oregon. D'autres sont déjà à Venise ou à Londres. Une minorité, les élèves internationaux ou ceux qui n'ont pas les moyens, restent sur le campus. L'administration du Sarah Lawrence propose de rembouser jusqu'à 60$ un repas de Thanksgiving organisé entre eux par des élèves qui ne voyagent pas. Apparemment, Thanksgiving cristallise les tensions familiales, comme Noël pour nous. Certains m'ont déjà fait part des drames qui couvent : je déteste la dinde; ma tante en a trois dans son freezer alors que nous ne sommes que six à table; ma mère ne veut pas que j'amène mon copain parce qu'elle pense que ça veut dire que je l'aime plus qu'elle... D'autres évitent les tensions à grand renfort d'organisation: pourquoi ne pas fêter tranquillement Thanksgiving en août quand toute la famille éclatée est rassemblée?

6 commentaires:

zenaiide a dit…

mais toi tu vas vivre thanksgiving dans une vrai famille!

Morgan a dit…

thanksgiving, c est genial, la seule vraie fete pas commerciale. Pas de cadeau, juste la bouffe en famille. Ca permet de voir tout le monde sans le stress de Noel, ou meme de voir ceux qu on ne verra pas a Noel.. Rien que pour la preparation de la dinde, ca vaut le coup..

pol a dit…

je crois ne pas trop aimer la dinde non plus.

jodeau a dit…

Salut Camille, bravo pour ton blog, c'est le dernier lieu où l'on cause.
Je suis content de voir qu'il y a une vraie sportive dans la famille Pène Bombarde.
Christian Jodeau

Clot a dit…

Vive thanksgiving! Meme si on ne sait pas vraiment à quoi ça correspond, et qu'on ne le fete pas chez nous, une visite de Chicago c'est plutot pas mal qd meme...

Morgan a dit…

Et demain, c'est le black friday...